Templo Mayor, cœur de la religion aztèque


Situé en plein cœur de l’ancienne Tenochtitlan, connue aujourd’hui sous le nom de Mexico, le Templo Mayor est l’un, sinon LE monument phare de la civilisation aztèque et plus largement mésoaméricaine. Centre du culte et du symbolisme de la religion aztèque, il fut cependant détruit à l’arrivée des Conquistadors de Cortès au XVIème siècle. Oublié jusqu’à même son emplacement, la ville démarra une nouvelle renaissance sous un nouveau nom jusqu’au début du XXème siècle où la fièvre des fouilles archéologique et de la connaissance de l’origine des peuples le fit émerger de terre. C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui.

Historiographie et recherche archéologique sur le Templo Mayor

Les premières fouilles sur Mexico à la recherche des anciennes ruines de Tenochtitlan commencèrent dès 1900 avec la première fouille organisée par Leopoldo Batres, puis en 1913 par Manuel Gamio. Ces dernières fouilles permettront de mettre au jour les premières fondations du Templo Mayor.

Cependant, les fouilles les plus importantes sont celles organisées par Eduardo Matos dit « Moctezuma » dès 1978. Ces fouilles auront requis la destruction d’un quartier entier afin de retrouver les fondations de l’ancien temple mythique. En même temps, on réfléchit à la création d’un musée sur le site pour le matériel archéologique retrouvé. Le musée est inauguré en 1987. Les fouilles ont été ensuite continuées par Leonardo Lopez Lujan entre 1991 et 1997.

Feuillet représentant le double sanctuaire du Templo Mayor et le Tzompantli - Codex Tovar

 

Feuillet représentant le double sanctuaire du Templo Mayor et le Tzompantli (râtelier de crânes), Codex Tovar (Récit de l’Origine des Indiens habitant en Nouvelle Espagne), Juan de Tovar, 1587

 

Le Templo Mayor est décrit par les premiers conquérants dans leurs récits de voyage : Bernal Diaz del Castillo nous donne une vue du Templo Mayor et de son arrivée ; Sahagun en fait une large description.

Construction du Templo Mayor

Le site est situé dans le centre religieux fortifié, mesurant 300x400m, au Nord de la place centrale de Tenochtitlan. Autour de la pyramide ont été découverts 14 bâtiments adjacents, 136 offrandes enterrées et des milliers d’objets, sculptures et peintures. Le site est aujourd’hui derrière la Cathédrale de la ville, se répandant sur 1,29ha, c’est-à-dire 10% du centre cérémoniel originel. Édifié entre 1325 et 1519, date de sa destruction, il est orienté dans l’axe principal du tracé urbain. Un double sanctuaire était érigé sur la plateforme de la pyramide, dédié à Tlaloc et Huitzilopochtli. il a été réalisé en sept phases.

Plan du Templo Mayor

Plan du Templo Mayor

  • PHASE 1 : Dès l’arrivée des Aztèques, un sanctuaire en matériaux périssables a dû être construit aux alentours de 1325. On connait cette première phase grâce aux sources historiques aztèques.
  • PHASE 2 : Un premier temple pérenne est construit avec deux sanctuaires pour chacun des dieux. Ce premier temple était construit en tezontle noir, pierre volcanique. Un autel sacrificiel était aussi construit environ à deux mètres au-dessus de l’escalier principal au centre de la première pyramide.
  • PHASE 3 : Est construit le double escalier. La pyramide mesure alors le tiers de la pyramide finale. Sont aussi réalisées les sculptures de porte-étendards, réalisés au début du XVème siècle, mesurant environ 1,70m.
  • IMAGE 3 : Sculptures de porte-étendards
  • PHASE 4 : Base de la pyramide élargie avec les sculptures des braseros et têtes de serpents sur les quatre côtés. Ces braseros de taille monumentale portaient la tête de chacun des dieux de chaque moitié de la pyramide.
  • PHASE 5 : recouvrement de la plateforme de stuc
  • PHASE 6 : Agrandissement encore de la pyramide, réalisation de décoration comme on peut voir sur la Façade Ouest : 3 têtes de serpents et une balustrade décorative. La plupart des bâtiments adjacents sont aussi réalisés.
  • PHASE 7 : Agrandissement final, décrit par les Conquistadors avant sa destruction en 1519. Aujourd’hui, il ne reste presque plus rien.

Site actuel du Templo Mayor, Mexico

Site actuel du Templo Mayor, Mexico

Symbolique du Templo Mayor : Axis Mundi et cycle aztèque

Dans la religion aztèque, comme dans la plupart des religions du monde, le temple est une interface entre le Dieu et l’homme. L’utilisation de la structure pyramide rappelait entre autre au symbole de la Montagne, là où les Dieux aztèques habitaient. Le site servait donc d’Axis Mundi, un lieu sacré où résidaient les dieux. Il s’agissait du lieu cultuel le plus important de l’empire aztèque, syncrétisant l’ancien et le nouveau : Tlaloc était en effet un dieu vénéré par les populations autochtones pré-aztèques alors que Huitzilopochtli était un nouveau dieu apporté par les Aztèques.
Quand on se penche sur sa construction, on remarque qu’il était réalisé de manière à ce que les représentations des dieux vénérés dans ce sanctuaire soient alignées le 9 avril et le 2 septembre. Lorsqu’on se réfère au calendrier aztèque, on remarque que 73 jours étaient nécessaires pour atteindre le solstice d’été à partir du 9 avril. 73 jours supplémentaires servaient à rejoindre la date du 2 septembre, plus 73 jours et on arrivait au solstice d’hiver et enfin 73 jours supplémentaires nous permettaient d’atteindre le 9 avril. On confirme l’omniprésence du chiffre 73, notamment grâce au fait qu’il fallait 73 cycles solaires de Xiuhpohualli pour compléter le cycle aztèque sacré de 52 ans appelé Tonalpohualli.

J’espère que cet article, certes léger, vous aura permis de mieux appréhender l’architecture mais aussi les croyances aztèques, réputés notamment pour leurs calculs astronomiques et leurs calendriers. Il faut comprendre que la religion aztèque était très complexe, rythmée par les saisons et les différents cycles. L’architecture du Templo Mayor, bien qu’ impressionnante, répondait aux conventions aztèques que l’on retrouve sur d’autres sites comme Teotihuacan.

Pierre du Soleil, calendrier aztèque, reproduction peinte. Original conservé et exposé au Musée d’anthropologie de Mexico

Pierre du Soleil, calendrier aztèque, reproduction peinte. Original conservé et exposé au Musée d’anthropologie de Mexico.

Bibliographie

  • Bon, E.H., The Aztec Templo Mayor, Dumbarton Oaks, 1987, Washington DC
  • Carrasco Broda J.D. et A. Matos Moctezuma, The Great Temple of Tenochtitlan: Center and Periphery in the Aztec World, Berkeley: California University Press, 1987
  • Domenici, Davide, Les Aztèques, Trésors d’une civilisation ancienne, Editions White Star, 2006
  • Evans, S. Toby and D.C. Webster (dir.); Archaeology of Ancient Mexico and Central America – An Encyclopedia, Garland Publishing Inc. 2001, New York et Londres.
  • Marquina I. El Templo Mayor de Mexico, Instituto Nacional de Antropologia e Historia de Mexico City (INAHM), 1960
  • Matos Moctezuma, Eduardo (cord.), El Templo Mayor: excavaciones y estudios, INAHM, 1982
  • Matos Moctezuma, Eduardo, The Great Temple of the Aztecs, Treasures of Tenochtitlan, New aspects of Antiquity, Thames and Hudson, 1988
  • Uriarte, Maria-Teresa (dir.), L’architecture précolombienne en Mésoamérique, INAHM et Hazan, 2009

A propos de Céline

Etudiante à l'Ecole du Louvre (spécialité Arts des Amériques), je suis aussi écrivain de nouvelles anglophones non publiées

Un commentaire ?