Mes Aynak et le musée de Kaboul


 

Bouddha, naît dans le nord est de l’Inde au 6 ème siècle av. JC. Mais sa doctrine, révolutionnaire en Inde car contestataire du système des castes, va aussi s’exporter et emprunter la « route de la soie », à la faveur du transit des voyageurs. L’itinéraire de la soie va, depuis le Japon (Nara) et la Chine, vers l’occident (jusqu’à Venise, Lyon), en passant par l’asie centrale, notamment l’Afghanistan actuel. Ce commerce débute au 2ème siècle av JC et se prolonge jusqu’au 16ème ap JC.

Mes Aynak, un site majeur du Boudhisme en Afghanistan a été découvert à quelques dizaines de kilomètre au sud de Kaboul. Le site révèle des objets et constructions datés du 3ème au 7ème siècle de notre ère. Des statues, des stupa, en fait tout un complexe monastique de plusieurs hectares. A partir de 2010, des archéologues, notamment la Délégation archéologique française en Afghanistan, entament les travaux de sauvetage. Mais ils n’ont eu que trois ans de délai (seulement) avant la mise en exploitation par une compagnie étrangère d’un gisement de cuivre découvert à proximité. Sur la base de ce calendrier nous serions donc à quelques semaines/mois de la destruction du site … De grands espoirs reposent pourtant sur ce site archéologique qui peut apporter énormément sur le contexte historique, artistique, mais aussi technique de l’époque car la mine était connue par les contemporains et l’on espère mieux comprendre les connaissances techniques et outils liés à la métallurgie.

Plusieurs centaines d’objets ont déjà été extraits et entreposés au musée de Kaboul, avant peut être, leur mise en valeur future dans un musée qui leur sera dédié. Mais tout n’a pas et ne sera sans doute pas sauvé.

En attendant la renaissance future de cette culture par une véritable mise en valeur et des analyses qui ne manqueront pas d’être faites de tout ce matériel, … voici quelques oeuvres liées au Bouddhisme en Afghanistan, notamment celles du site de Mes Aynak, au Musée de Kaboul. Ces photos ont été prises ce mois ci, grâce au travail de Fabien Dany, sur place. J’en profite pour le remercier de ce partage

Pour en (sa)voir plus

Un commentaire ?