Les cultures du bronze Sanxingdui et Jinsha


Bien loin du cours du cours moyen du fleuve jaune et du Henan, lieu de résidence des Shang, une autre culture du bronze s’est développée dans la région de l’actuel Chengdu, Sanxingdui.


Agrandir le plan

Les deux site de Sanxingdui et Jinsha, sans doute habités dès le Néolitique, ont révélé des formes très originales. Mais est ce bien surprenant si l’on prend en compte l’immensité du territoire chinois : les deux pôles sont séparés par près de 1200 km ?

Les bronzes Shang étaient liés au culte. Sur ces deux nouveaux sites, en plus des vases habituels sont également retrouvés des objets sont liés sans doute à un culte particulier dont le sens est hélas perdu. Soulignons seulement 3 œuvres impressionnantes retrouvés en 1986 dans la fosse n°2 du site de Sanxingdui, toutes en bronze et datées d’environ 1200 av. JC.

Les masque humanoïdes

 

Masque - site de Sanxingdui

Au moins six masques ont été retrouvés originellement recouverts d’une feuille d’or. Celle ci était appliquée par pression sur le masque de bronze et tenu à l’aide d’une colle. Les masques présentent des visages anguleux aux yeux exorbités et à la bouche très large. S’agissait-il de la représentation de l’esprit d’un ancêtre ? Il n’y a aujourd’hui aucune hypothèse admise par tous.

Un personnage sur un piédestal

Personnage sur un piédestal Sichuan, Sanxingdui

Personnage sur un piedestal - Détail

 

Cet homme longiligne, sur un piédestal, devait serrer dans ses très grandes mains un objet, peut être une défense d’éléphant (quelques unes ont été retrouvées dans cette fosse et dans d’autres). On pense aussi que le socle devait être enterré pour garantir la stabilité de l’ensemble car il semble que dans le cas contraire tout objet glissé entre ses mains pourrait le déséquilibrer. Le visage est proche de ceux présentés plus haut. Il est vêtu d’une jupe et porte une coiffure haute.

Un arbre aux esprits

Arbre aux esprits - site de Sanxingdui

Toujours en bronze, daté de 1200 av. JC. L’arbre mesurait à l’origine environ 4 mètres, avant qu’il ne soit brisé en près de 100 morceaux. Plusieurs des objets de cette fosse numéro 2 ont été en effet volontairement brisés avant d’être recouvert de terre soigneusement damée, ce qui ajoute au mystère de ce dépôt.

Pour en savoir plus

  • Peu de choses sur ces œuvres qui ne font pas encore l’objet de beaucoup de documentation. Signalons quand même (et à nouveau;-) l’ouvrage général sur la période de Daniele Elisseeff

  • et un ouvrage plus spécifique sur le sujet

Un commentaire ?