Le chaudron grec ou trépied votif


Au 8ème siècle av. J.C., les trépieds de bronze étaient les offrandes les plus précieuses que l’on puisse faire aux divinités des sanctuaires grecs.

Trepied-votif

Chaudron grec

Ces chaudrons montés sur trois haut pieds ont été, durant la période géométrique, le principal signe extérieur de richesse; les catégories dirigeantes s’offraient des trépieds en guise de cadeau ce qui fondait le rang social des deux parties. Dans toutes les grandes compétitions sportives et artistiques, les prix à remporter étaient des trépieds qui marquaient la gloire et le prestige du vainqueur. Certains pouvaient mesurer près de 4m de hauteur. Sur certaines pièces particulièrement raffinées, il y avait des représentations d’éphèbes nus, sur d’autres des chevaux

Olympie - Détail de Trepied

De fait c’était une offrande de grande valeur pour la divinité elle-même. On en a retrouvé des fragments dans tous les grands sanctuaires , Athènes, Delphes et surtout à Olympie. Il ne s’agit plus alors de simples objets matériels mais il émane d’eux une puissance active.

Un petit lieu de culte consacré au héros local Ptoios près du sanctuaire d’Apollon du Ptoion se distingue pourtant en la matière. Les trépieds se situent non pas sur le seul pourtour du temple mais ils sont disposés en deux alignements dessinant une avenue qui menait au sanctuaire du héros. Les trépieds s’adressaient donc aussi aux personnes se rendant au sanctuaire.

Pour en savoir plus, deux publications scientifiques

Un commentaire ?