Dogu de la culture Jomon 1


Groupe de Dogu - Jomon

De gauche à droite : Dogu creux, Site Chobonaino, Hokkaido, Jomon tardif (2000-1000 av JC), Dogu à tête en coeur, Gunma, Jomon tardif (2000-1000 av JC), Venus Jomon, site Tanabatake, Nagano, Jomon moyen (3000-2000 Av JC), Dogu debout, Site Nishinomae, Yamagata, Jomon moyen (3000-2000 Av JC)

La préhistoire et l’antiquité japonaise sont caractérisées par une culture très longue qui va s’étendre de 10.000 à 300 avant JC. Elle se divise en sous-périodes et est connue sous le nom de culture Jomon. Cette culture va se distinguer par l’un des usages les plus anciens (le plus ancien vraiment ?) de la poterie. Un style « flamboyant » … J’y reviendrai dans un billet prochain. Je voudrai plutôt vous parler ici d’une autre production tout aussi impressionnante de la culture Jomon, les Dogu (avec en plus et pour finir un rapide survol des domen et des sekibo).

Les Dogu sont de petites statuettes de terre cuite modelée. On pense qu’il s’agit de personnages féminins car certaines ont une poitrine et des hanches larges ainsi qu’un ventre rebondi (peut-être un lien avec un culte de la fécondité). Les Dogu ont généralement un décor, fait par incisions mises en place avant la cuisson.

Ces Dogu sont retrouvés parfois volontairement cassés, surtout au niveau des articulations. Ces morceaux sont ensuite mis en terre (encore une marque de culte de fertilité ?). Ils sont dispersés autour du village, ou au sein du cimetière du village, ou encore en fond de fosses. On note une grande production de Dogu dans la région du Kanto et plus au nord de l’île de Honshu durant le Jômon Moyen.

Quelques styles de Dogu

Ces statuettes mesurent généralement de 10 à 50 cm. Les têtes sont souvent représentées avec de nombreux détails, les corps et membres sont selon les cas atrophiés ou sur-développés … Pieds et mains sont rarement figurés. Mais cette généralisation cache mal une grande variété de formes et des styles, avec un fort caractère régional : il est donc possible de reconnaître le lieu d’origine et l’époque en se basant sur la forme, la technique et les motifs.

Prenons l’exemple de trois pièces

Dogu debout - site de Nishinomae. H. 45 cm - Préfecture de Yamagata, Jômon Moyen

Dogu debout, site de Nishinomae. H. : 45 cm.

Préfecture de Yamagata, Jômon Moyen.

Vous le constatez, les proportions sont équilibrées. Son corps est triangulaire mais la tête est en demi-cercle. Cette dernière n’a aucun détail, contrairement à d’autres styles. Ses membres supérieurs sont inexistants.

Dogu à la tête en forme de coeur - Gohara - H env 30 cm - Préfecture de Gunma. Jômon Tardif, collection particulière

Dogu à la tête en forme de coeur, Gohara, H. : env. 30 cm.

Préfecture de Gunma. Jômon Tardif

Une statuette très originale avec la tête en forme de cœur, un nez proéminent et des jambes arquées !

Dogu à la lunette de neige, site de Kamegaoka, préfecture de Aomori, H. 34,2. - Période de Jomon, 1000 - 400 BC

Dogu à la lunette de neige, site de Kamegaoka, préfecture de Aomori, Période de Jomon, (1000 – 400 BC).

Il s’agit du style le plus connu. Ici les pieds et les mains sont atrophiés. Le décor est très riche. Une tête supporte une coiffe, les yeux sont mis en avant. Revenons d’ailleurs sur ces yeux étranges. Une des hypothèses à ces yeux énormes et fendus est qu’il s’agirait …. de « lunettes de neige » comme en portaient les inuits; ces lunettes, faites d’un bois fendu servait évidemment à se protéger de la réverbération du soleil sur la neige. Une autre hypothèse est qu’il s’agit des paupières fermées symbolisant le monde des morts.

Les Domen et les Sekibo

Domen Jomon - - 1500-1000 avJC

La culture Jomon a aussi produit un autre type de représentation humaine, les masques en terre cuite ou Domen. Ces masques sont décorés de profondes incisions, et les détails sont très marqués. A noter qu’il n’y a pas d’orifices pour les yeux, le nez ou la bouche. Ils ont parfois des perforations sur le pourtour pour pouvoir les porter à l’aide de liens de tissu ou de cuir. Certains présentent des distorsions comme celles que pourrait avoir un chaman en transe.

Domen Jomon - 1000-400 BC

Un autre exemplaire où l’on retrouve d’ailleurs ces yeux énormes

Sekibo de pierre

Enfin, et peut être en réponse aux dogu féminines (?) voici les Sekibo, de forme phallique et en pierre. Certains peuvent faire plus de 1 mêtre de haut. Ils étaient placés dans ou devant les maisons ou sur la place du village et devait sans doute participer à une culte.

Pour en savoir plus


Un commentaire ?

Commentaire sur “Dogu de la culture Jomon