Le site d’ Argentomagus


Situé en France, dans le département de l’Indre, sur les communes de Saint-Marcel et d’Argenton-sur-Creuse, le site archéologique d’ Argentomagus nous offre une vision de ce que pouvais être une ville secondaire sous l’Empire romain. Au départ oppidum des Bituriges Cubes, ce dernier va se transformer en cité gallo-romaine et va se doter de monuments remarquables. Au IVème siècle la ville abritera une des neufs fabrique d’armes officielles de Gaule. Elle sera abandonnée au Vème siècle. Progressivement le site va être oublié. Il fera l’objet de fouilles à partir du XXème siècle. Site remarquable et exceptionnel, voir unique en France, je vous propose de le découvrir ensemble.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, une petite étude géographique et géologique s’impose. Comme dit précédemment, nous sommes en France et plus particulièrement dans l’Indre. Au sud-ouest du département se trouvent les communes contiguës de Saint-Marcel, Argenton-sur-Creuse et le Pêchereau. Ces dernières sont situées dans la vallée de la Creuse, rivière marquant la séparation entre les formations cristallines du Massif Central et les terrains sédimentaires du Bassin Parisien. La vallée, resserrée par endroit, s’étale largement aux environs d’Argenton-sur-Creuse et permettait de contourner les terres ingrates du Limousin. La rivière, très poissonneuse, faisait la charnière entre des espaces complémentaires, la Brenne et la champagne berrichonne d’une part, le Boischaut d’autre part. Notons aussi que la région est très riche en minerai de fer. Tout ceci créa des conditions favorables à l’établissement quasiment constant des Hommes dans cette région.

Carte du site Argentomagus

Avant de parler de la cité gallo-romaine d’Argentomagus, faisons un bref aperçu historique de l’occupation du site. La plus ancienne occupation humaine enregistrée remonte à 300 000 à 200 000 ans av JC. Des bifaces de type Acheuléen furent retrouvés sur la commune d’Argenton-sur-Creuse. Une grotte contenant des objets de la culture du Moustérien fut trouvée au Pêchereau. Il y a 19 000 ans, des populations solutréennes passèrent dans la vallée de la Creuse comme en témoignent plusieurs grottes fouillées comme celle de Fressignes ou de l’Abri Fritsch de Pouligny-Saint-Pierre. Par la suite, en 14 000 av JC, des populations Magdaléniennes vont s’installer dans des cavités naturelles creusées dans les falaises de Saint-Marcel et qui surplombent la vallée de la Creuse. Ces grottes vont fournir beaucoup de matériels ainsi que de nombreuses gravures.

Passons maintenant à l’Histoire de la cité d’Argentomagus. Nous aborderons cette histoire de façon générale. Vers 600 à 400 av JC, un grand peuple « protohistorique » va émerger dans cette région : il s’agit des Bituriges Cubes. C’est sur la commune de Saint-Marcel, sur le plateau des Mersans, qu’un Oppidum va être édifié. Le plateau, protégé sur 3 côtés par des escarpements rocheux, offrait un bon emplacement défensif. A part quelques traces dans le paysage et quelques objets, il ne reste rien de l’oppidum gaulois et nous savons que très peu de choses.

La conquête des Gaules menée par Jules César va lancer le processus de romanisation dans ces régions. L’oppidum d’Argentomagus n’échappera pas à cette règle et progressivement on assiste à un phénomène de pétrification : les anciennes structures faites de bois vont être remplacées par des nouvelles en pierre. Argentomagus sera une ville secondaire des Bituriges Cubes. C’est dans la première moitié du Ier siècle ap JC que la ville se dote d’un théâtre, construit à 400 m du centre de la ville. Un sanctuaire va aussi être édifié et les principaux axes de circulation de la ville vont être mis en place. C’est aussi à cette période que des murs à contreforts sont édifiés dans l’ancien fossé gaulois, pour permettre sa traversée. Une première nécropole est installée à la sortie de la ville. Dans la seconde moitié du Ier siècle ap JC, le théâtre va être remanié ainsi que le sanctuaire qui va être doté de nouveaux temples. Une fontaine monumentale va être édifiée.

Fontaine Monumentale

De plus en plus le centre de la ville va se monumentaliser : un portique en pierre sera construit à proximité de la fontaine, une basilique va même être construite, fait assez remarquable pour une cité secondaire. Au début du IIème siècle ap JC, la ville va se doter d’un amphithéâtre.

Ruines des deux théâtres

Argentomagus est à ce jour la seule cité secondaire de Gaule à posséder un théâtre et un amphithéâtre. C’est aussi à cette période que sera édifié un établissement thermal dans le quartier bas, au pied de l’escarpement rocheux du plateau. La ville semble alors avoir atteint son apogée. Elle s’étend alors sur 1 400 m de long pour une largeur de 500 m. Elle va rester en activité jusqu’au IVème siècle mais en subissant des transformations : la fontaine va servir de bassin de décantation pour des bronziers, le théâtre sera abandonné et détruit, les portiques sont détruits pour être remplacés par des auvents en bois. Peu à peu la ville du haut empire se défait. Cependant l’activité économique ne diminue pas pour autant.

Vignette Notitia Dignitatum

Un document impérial, la notitia dignitatum, rédigé entre 379 et 437, est une liste hiérarchique de tous les fonctionnaires de l’empire. Dans la partie concernant les manufactures d’armes impériales, l’une des neufs présentes en Gaule porte la dénomination suivant : Argentomagensis armorum omnium. Argentomagensis faisant référence à la ville d’Argentomagus, les termes Armorum omnium nous indiquent que tous les types d’armes y étaient fabriqués. Ce choix d’Argentomagus pour l’implantation d’une manufacture d’armes n’est pas dû au hasard : nous avons vu que la région était riche en minerai de fer et de nombreux fours de réduction du minerai furent retrouvés aux alentours de la cité. Par ailleurs des artisans gaulois devaient déjà forger des armes avant l’arrivée des romains. Ce savoir s’est transmis et Argentomagus est devenu un centre métallurgique important.

Ainsi je vous ai présenté de façon non exhaustive l’Histoire de cette cité Gallo-romaine d’Argentomagus. Cité assez extraordinaire qui eut le privilège d’être dotée d’une basilique, d’un théâtre, d’un amphithéâtre et qui posséda l’une des neufs manufactures d’armes officielles de Gaule. Dans la deuxième partie de mon article, je vous parlerai de certains monuments mis au jour et qui font partie des vestiges spectaculaires visibles par le public.

Bibliographie


A propos de Loic

Etudiant en Histoire de l’art et archéologie à l’université de Bourgogne. Passionné d’antiquité et surtout de romains. Fouilleur à ses heures perdues.

Un commentaire ?