Les ages du fer


Reconstitution de la tombe - Site de Vix
Est-ce l’effet de mes dernières lectures sur la très actuelle polémique de la théorie du genre masculin/féminin introduite dans les manuels scolaires, qui critique l’idée que le genre serait déterminé génétiquement ?
… ou du tout récent article sur le « labo des femmes de pouvoir à Barnard, New-York » ?
Toujours est il que les ages du fer m’ont paru marqué par la question du pouvoir et du changement des valeurs depuis le Néolithique.  

Marche arrière : beaucoup de lectures ces derniers temps sur le Néolithique : des dessins, d’animaux mais aussi de vulves, les vénus, le développement de la fécondité avec l’explosion démographique, l’apparition de l’agriculture et la mise en place des premiers villages, tout celà m’a évoqué des valeurs féminines mises à l’honneur.

Et puis arrive l’âge de bronze et les âges du fer : bien sûr il y a les parures, mais j’ai surtout vu des épées, des rasoirs, les petits potentats qui se font la guerre pour défendre leur richesse et territoire, des palissades, la recherche de la performance et de l’efficacité dans les techniques, des chars dans les sépultures, les armures de guerriers, des héros (après tout, Achille se bat à la Guerre de Troie aux environs du 12ème siècle et Rome est fondée par en 753 par Romulus, …)
Alors oui, quand j’ai vu la sépulture et le pouvoir de la Princesse de Vix, celà m’a paru curieux car déjà anachronique. Renseignement pris, et d’après Jean Markale, la femme celte aurait eu un statut supérieur à la femme romaine :).
Et les hypothèses émises sur l’interprétation de l’objet découvert dans sa tombe : un torque (guerrier) ou un diadème ou serre-tête (de princesse) … sont peut être significatives du trouble face à cette situation.
Je vous recommande l’excellent Musée de Saint-Germain-en-laye que j’ai visité ce week end 🙂
Quelques photos sur les ages du fer.

Un commentaire ?