La poterne hittite de Zeyve hoyuk – Porsuk


Le vendredi 23 janvier dernier, Monsieur Dominique Beyer, de l’Université de Strasbourg, nous a présenté l’état des fouilles du site de Zeyve hoyuk – Porsuk. Il s’agit de la dernière mission exclusivement française en Turquie, une région que l’on traite bien sur ce blog ! Les spécialistes discutent encore pour savoir s’il s’agit de l’ancienne cité de Tunna. Le site, en Anatolie, au pied des monts du Taurus, a une importance stratégique. Il occupe une place privilégiée dans une vallée en liaison étroite avec le plateau anatolien d’une part et vers le sud-est, le monde de la Cilicie et vers le monde syro-mésopotamien, par l’intermédiaire des « portes ciliciennes » d’autre part.

J’ai choisi de ne rapporter qu’une infime partie de cette conférence passionnante en vous présentant le système « militaire » de poterne, et je remercie Monsieur Beyer par ailleurs pour les éléments communiqués.

Présentation du site hittite

Localisation Porsuk - Mission archéologique de Porsuk

Situation

Le site de Porsuk vu de la carrière de gypse à l'ouest - Mission archéologique de PorsukLe site de Porsuk vu de la carrière de gypse à l’ouest – Mission archéologique de Porsuk
Le passage vers les portes ciliennes se situe en haut à droite de l’image

Sur le plan historique on sait que l’ancien royaume hittite s’est formé autour d’une zone dans le nord vers Hattusa, et que progressivement, vers la fin du XVIIème siècle av J.-C. sans doute, les souverains ont cherché des débouchés vers la Méditerranée. Ils se sont intéressé au « bas pays » hittite et à la zone de Porsuk. Les montagnes du Taurus sont aussi intéressantes car riches de minerais comme le plomb argentifère, mais aussi le cuivre et l’or.

Le site a environ 400m de longueur sur 200 m dans sa plus grande largeur, il s’agit d’un relief tabulaire sur lequel s’est installé le site, avec une accumulation de 8 à 9 mètres de niveaux archéologiques. Plusieurs périodes (de la plus récente à la plus ancienne) sont présentes. Les dates sont estimatives bien entendu :

  • Porsuk I: période romaine (1er av JC jusqu’au 3ème siècle ap JC)
  • Porsuk II: période hellénistique (3ème > 2ème siècle av JC)
  • Porsuk III: Fer moyen et récent : 8ème > 6ème av JC)
  • Porsuk IV: Fer ancien (10ème ? > 9ème av JC)
  • Un hiatus dans cette occupation entre la fin du 13ème av JC (ou 1300? et l’an 900 av JC environ)
    Destruction générale par un incendie, vers 1300 av JC (?) puis abandon du site
  • Porsuk V: Bronze récent (1450 > 1300 av JC), époque hittite impériale
  • Porsuk VI:Bronze moyen et récent ( 1650 > 1450 av JC), époque Hittite ancien
  • Fondation vers 1650 av. J-C.

Du fait de cette situation stratégique sans doute, les fortifications de Porsuk III (période du Fer) sont remarquables, avec un mur de fortifications de 4mètres d’épaisseur, en pierres de gypse et, sans doute, une superstructure de briques. On y a trouvé des écailles d’armures, en fer, qui étaient à l’époque cousues sur la toile ou le cuir des armures des soldats.

Mais c’est la période de l’âge du bronze qui a attiré mon attention, avec d’important vestiges du système de fortification, des rempart en dents de scie avec des tours et un système à caissons.

La poterne hittite

la poterne hittite de Porsuk - Mission archéologique de PorsukPoterne – Mission archéologique de Porsuk

Un couloir qui relie l’extérieur et l’intérieur du dispositif pourrait être une sorte de poterne. La poterne permet traditionnellement aux assiégés d’entrer ou de sortir discrètement à l’insu de l’ennemi. Dans le cas de Porsuk, avec une technique toute particulière, les bâtisseurs ont taillé dans le terrain naturel du site, pour installer les murs de part et d’autre du passage.

Plan de coupe - poterne de Zeyve hoyuk - PorsukPlan, élévations et coupes du dispositif de la poterne hittite de Porsuk – phases anciennes et récentes superposées – Mission archéologique de Porsuk, Françoise Laroche-Traunecker

Il faut distinguer 2 phases, une qui correspond au niveau VI et l’autre au niveau V. La porte d’origine serait située plus à l’intérieur, et débouchait sur un espace en triangle. Durant la deuxième phase, a été aménagé la poterne proprement dite avec l’aménagement d’un couloir coudé et un système de caissons.

Il figure aussi sur le plan un certain nombre de jarres qui montre que lors d’une phase intermédiaire ce passage a pu être fermé et transformé en magasin à jarres. On distingue aussi, à droite des jarres, des poutres carbonisées et des débris divers. Ce niveau comportait une sorte de porche voûté, en brique, au niveau Va, lui-aussi fermé, sans doute après une destruction.

Une tentative de restitution de cette architecture en 3D a été faite pour rendre plus lisible le site et la poterne.

Restitution possible de la poterne en 3D (phase Porsuk Vb). d'après F.Laroche-Traunecker; infographie Sara BeltranRestitution possible de la poterne en 3D (phase Porsuk Vb). d’après F.Laroche-Traunecker; infographie Sara Beltran

Tout récemment a pu être obtenu le démarrage d’un relevé géomagnétique. L’équipe des géophysiciens turcs a mis en évidence, dans le secteur des remparts, un ensemble qui pourrait être la trace d’une porte de la ville, au sud-est de la poterne, et ainsi montrer une autre dimension de l’activité hittite, plus commerciale que militaire. D’après ces relevés en effet, l’une des deux tours semble receler une masse importante de métal. Des métaux étaient donc peut être stockés là, à la sortie de la ville, des métaux sous forme de lingots, prêts à être acheminés vers d’autres lieux, pourquoi pas vers la capitale hittite, Hattusa.

Pour en savoir plus

 

Un commentaire ?