La pratique religieuse à Catal Hüyük


Présentation du site de Catal Hüyük

Catal Hüyük est un des plus anciens sites agricoles au monde (et l’un de mes préférés 🙂 . Il est classé au patrimoine mondial Unesco depuis 2012.

Le site, découvert en 1958, est fouillé par James Mellaart à partir de 1961. Il fait aujourd’hui l’objet de fouilles menées par une équipe internationale, sous la direction de Ian Hodder (Standford University). Les fouilles se concentrent sur les maisons individuelles, et un travail de réévaluation des découvertes précédentes a aussi été mené.

Fouilles - Catal Hoyuk

Photo des fouilles de Catal Hüyük (http://www.catalhoyuk.com/, comme pour la majorité des photos de ce billet)

Le site datant du Néolithique, est occupé dès 9.000 av JC mais a connu son apogée vers 7000-6000 av. JC. Il se situe dans la Turquie actuelle (carte) et couvre une surface de 13,6 ha.


Agrandir le plan

Catal Hoyuk - restitution d'artiste

Restitution de Catal Hüyük

La communauté de Catal Hüyük se présente comme la juxtaposition de plusieurs maisons individuelles très serrées, sans espaces entre elles, et sans aucun bâtiment public apparent, malgré une population importante ; selon les périodes de 5000 à 10.000 personnes y ont vécu.

Plus de 200 maisons ont été fouillées à ce jour. A l’époque, on accédait à l’intérieur de ces maisons par leur toit. Les maisons étaient parfois détruites puis reconstruites sur les décombres de la précédente, laissant aux archéologues un empilement de niveaux, pour une même demeure dans la même surface.

Parmi toutes ces maisons, une catégorie spécifique se distingue, les « Maisons Histoire », qui semblent être des espaces regroupant plusieurs maisons d’un même petit groupe en réseau, sans doute organisée autour d’une communauté de pratiques.

 

Une société agricole et égalitaire

Restitution - Maison expérimentale - Catal Hoyuk

Restitution d’un intérieur de Catal Hüyük – Maison expérimentale

Dans ces maisons, et selon les couches fouillées on observe l’arrivée des premières poteries puis leur multiplication et leur spécialisation. Elles ont été de plus en plus employées pour la nourriture, sa préparation ainsi que sa consommation.

Potteries - Catal Hoyuk

Pot avec visage - Zone 4040 Catal Hoyuk

La maison se transforme progressivement en unité de production multifonctionnelle. Dans les couches les plus récentes on trouve également de plus en plus de sceau, peut-être une marque d’individuation et de propriété de plus en plus marquée. D’autres objets de la vie quotidienne ont été mis à jour très récemment : vêtement à base de lin, un miroir à obsidienne …

Sceau représentant sans doute un ours - Catal Hoyuk

Un sceau (un ours sans doute)

Bien sur il y a quelques espaces qui ont été reconstruits plus de fois que les autres, qui ont plus de sépultures, plus de symboles, comme pour les Maisons Histoire; mais si l’on considère vraiment l’ensemble des paramètres, ces maisons n’ont pas converti leur relation particulière aux ancêtres ou aux « esprits » en pouvoir économique ou politique. L’impression générale est bien celle d’une société égalitaire, sans réelle distinction dans les ressources (espaces, nourriture, sépulture, culte…) quelque soit les personnes et les sexes.

Cela pose donc la question de la pratique religieuse que l’on a relevé à Catal Hüyük. La religion est en effet régulièrement invoquée pour expliquer la différenciation politique et économique dans les anciennes civilisations.

 

La place et le rôle de la religion

Un site comme celui de Gobekli Tepe, à 700 km et qui précède Catal Hüyük de deux mille ans, avait déjà montré qu’il existait un symbolisme religieux au Néolithique. Il posait la question de l’existence et du rôle d’un « temple ». Catal Hüyük nous apporte lui aussi son lot de questions sur la pratique religieuse, avec plusieurs éléments remarquables.

Ainsi, et contrairement au signe de pouvoir identifié à Gobekli Tepe ou encore Jericho et Jerf El Ahmar (période allant du 10ème au 7ème millénaire avant JC), il ne semble pas y avoir eu à Catal Hüyük d’espace rituel ou d’espace de production dédié, d’espace de pouvoir centralisé. Plus encore le symbolisme religieux y a été intégré à la vie de tous les jours.

Espace sacré bis - James Melaart

Une des restitutions de James Mellaart sur Catal Hüyük

Les ancêtres et les taureaux sauvages veillaient chaque jour, sur chaque demeure, sur chaque habitant :

Pas de cimetière commun à Catal Hüyük. Les morts étaient enterrés sous le sol de la maison. Quelques individus ont été exhumés peu de temps après la mort afin que l’on retire le crâne. C’est une pratique attestée depuis quelques millénaires dans la région (parfois avec un surmodelage comme à Ain Ghazal ou à Jericho ). Des crânes de taureaux sauvages sont aussi encastrés dans le mur des habitations ou délimitent un espace.

Cornes - Coin Maison 77 - Catal Hoyuk

L’archéologie nous révèle aussi un processus de circulation d’éléments matériels dans les espaces; les symboles sont couverts puis découverts : les squelettes sont enterrés, puis exhumés, puis enterrés à nouveau. A cette occasion, les os sont manipulés, réarrangés, comme pour cette sépulture particulièrement émouvante présentant une femme tenant un crâne contre sa poitrine.

Femme enterrée avec un crane serrée sans ses bras - Tombe 42 - Catal Hoyuk

Femme enterrée avec un crane Restitution Tombe 42 - John Swogger - Catal Hoyuk

Autre exemple, les crânes de taureaux sauvages font partie intégrantes des murs et ne laissent apparaître une partie de l’animal, etc. Tout cela laisse penser qu’il y a peut être eu une pratique liée aux esprits et symboles cachés puis révélés. Les peintures elles mêmes sont fréquemment découvertes et recouvertes, et n’étaient vues que sur de courtes périodes (le léopard y est souvent représenté ainsi que les signes géométriques).

Chasseur à la peau de léopard - Catal Hoyuk

Peinture murale Maison 80 Détail - Catal Hoyuk

Des statuettes féminines ont été mises au jour . Elles ont été parfois associées à des déesses ou une preuve pour certains d’une société matriarcale car elles montrent la grossesse et, peut être l’accouchement.

Catal Hoyuk Deesse aux félins - Ankara Museum

La « déesse aux félins », Catal Hüyük – Certains croient discerner un nouveau né entre les jambes

Figurine Femme enceinte - CatalHoyuk

Mais c’est ignorer que tout autant des symboles associés à la virilité ont été retrouvé dans les espaces. Les animaux présentés dans les structures (aurochs, ours, …) pourraient signifier la résistance, la violence, ou encore la vitalité.

Ce qui frappe surtout, c’est l’omniprésence et la permanence des symboles religieux dans la maison, l’empilement des squelettes sur les différents ages, l’ensemble faisant une liaison littérale de la maison avec les ancêtres et les « esprits ». La maison devient de fait un espace religieux.

Ainsi à Catal Hüyük la pratique religieuse plus fréquente, moins grandiose, célébrée en cercles intimes, marque une différence fondamentale avec la culture des chasseurs/cueilleurs.

Pour en savoir plus

Un commentaire ?