Peuples de la mer et néo hittites au Pays de Palistin


De récentes découvertes archéologiques commencent à remettre en cause le point de vue généralement admis qui présente l’Âge du Fer comme une époque d’involution culturelle et de conflits ethniques, l’« âge sombre » de la Méditerranée orientale que décrivent les poèmes homériques et la Bible. Cette conférence sur les « Peuples de la mer et néo hittites au Pays de Palistin » permit de mettre en lumière les surprenantes découvertes issues des fouilles menées actuellement par l’Université de Toronto sur le site de l’ancienne Tayinat. Cette conférence a été donnée par par Timothy P. Harrison, Université de Toronto.

Compte rendu de la conférence

La période de transition de l’âge du bronze vers l’âge de fer au Proche Orient (entre 1200 et 800 av JC environ) est encore peu connue. Cette période est traditionnellement décrite par Homère notamment comme celle de l’effondrement (de grands royaumes, égyptiens, hittites) et de l’invasion des peuples de la mer et l’arrivée des néo hittites. Mais la réalité pourrait être plus complexe que celle rapporté par les récits historiques. Les témoignages archéologiques révèlent en effet la naissance d’un puissant royaume régional en plein essor, associé au « Pays de Palistin ». Le nom de Palistin resurgit dans les sources néo-assyriennes du IXe siècle avant notre ère sous la forme du royaume néo hittite de Patina. Tayinat en était la ville royale (l’ancienne Kunulua, ou la Calno biblique), réputée pour ses temples et ses sculptures monumentales. Elle a probablement été détruite en 738 avant notre ère par le roi néo-assyrien Teglat-Phalasar III, le bâtisseur d’Empire évoqué dans la Bible (Isaïe, 10), avant d’être transformée en capitale provinciale assyrienne.

Au cours des 10 dernières années, plusieurs découvertes majeures avaient déjà été faites dans cette région, notamment à Alep, dans la forteresse médiévale. Ces découverte ont déjà posé quelques (remises en) questions de la thèse communément admise. En 2002, 26 pierres gravées puis en 2003 la magnifique stèle du Dieur de l’Orage révèlent des inscriptions en Louvite hiéroglyphique. Ce texte, déchiffré par Hawkins, mentionne le roi Taita, héros et dirigeant du pays de Palistin. Il fut daté, par la paléographie, de 1100 à 1000 av JC.

Stèle du dieu de l'orage - Alep

Stèle du dieu de l'orage - Détail - Alep

Puis en 2004-2006, l’entrée sud du temple permit la découverte de représentation d’hommes poissons, de lions, de sphinx, et des inscriptions mentionnant Carchemish et l’Egypte. Il semblait donc que ce territoire ait eu un rayonnement assez considérable, au delà d’un simple petit royaume local, et que Taita ait été un personnage important de cette période allant de 1200 à 900 av JC.

Arrivons maintenant aux fouilles de Tell Tayinat.

Le site se présente dans la courbe nord de la rivière Oronte, encadrée par deux monts. Elle couvre 40 hectares. La situation est complexe car elle se situe dans une zone de plaine inondable et de plus, le lit de la rivière a bougé.


Agrandir le plan

Le site a fait l’objet d’une première série de campagnes de fouilles, de 1935 à 1938, menée par l’université de Chicago. Cela permit la mise à jour de bâtiments monumentaux d’un palais Bit Halini, daté de 900 à 600 av. JC. Des bases de colonnes furent découvertes ainsi qu’une centaine de fragment en hiéroglyphique louvite, notamment « l’inscription 1 »

Le programme TAP mené par l’université de Toronto démarre lui en 1999. C’est à ce moment que la taille du site est porté au 40 hectares mentionnés (avec le rajout de 12 hectares), prenant en compte plusieurs espaces enfouis sous les sédiments de la rivière.

En 2004 un palais et un temple sont mis à jour. On y relève des poteries datées de la fin du Helladique 3  et différents ustensiles de la fin de l’âge de bronze comme des bols, des plats, des vases. Ces découvertes marquent clairement une continuité entre la fin de l’âge du bronze et le début de l’âge du fer. La quantification montre environ 60% des éléments datant de l’helladique récent 3C, le reste datant de l’âge du bronze, avec évidemment une répartition du pourcentage différentes selon la période ou l’on se situe. Du matériel lié à la production de textile est également découvert, comme des poids, ni perforés, ni brulés pour tendre les tissus sur les métiers à tisser verticaux. Quelques fragments de tissage ont pu renseigner sur le type de machine utilisé. Sont révélés également des résidus de métal et des tuyères utilisées pour le travail du métal, montrant un travail du fer, mais aussi de cuivre. Cela permet de penser que des expériences ont été conduites, prolongeant et exploitant les connaissances des techniques de l’âge du bronze.

La phase suivante des fouilles, plus au sud, le « champ 2 » a mis à jour un bâtiment important, avec des murs de 3 mètres de hauteur et de profondeur. Il faisait partie d’une structure, découverte dans la campagne des années 30, et qui s’étend sur près de 100 mètres du Nord au Sud et 30 mètres de l’Est à l’Ouest.

Une grosse surprise à l’est du bâtiment 14, avec la découverte d’un deuxième temple, identique à celui découvert par l’équipe de Chicago. Il est daté de la période néo hittite (9-8ème siècle av. JC) avec une base de colonne montrant 2 lions superbes.

Tayinat - Base colonne a Double lion

Un autre volet des recherches a été consacré au retour sur les résultats de la fouille des années 30, afin de situer la position des fragments d’inscription hiéroglyphique-louvite retrouvés et prolonger les recherches. Cela a permis de découvrir plus de 50 fragments supplémentaires. L’équipe de Toronto pense aujourd’hui que l’ensemble vient de « l’inscription 2 », une stèle monumentale rectangulaire qui devait se trouver devant l’entrée du temple.

Tayinat - Inscription 2

Le site du temple, construit par les néo hittites puis transformé par les assyriens, a été fouillé. Des objets rituels assyriens y ont été découvert comme des vases de libation, mais aussi un pot en terre avec une scène sans doute néo hittite présentant un repas sacré incluant du pain. Enfin une collection de tablettes cunéiformes, notamment la T-1923 présentant un calendrier d’évènements et de tâches à faire, sans doute à des fins rituelles. La T-1801 d’une surface de 28 cm de largeur sur 40 cm de hauteur est la plus grande. Elle présente le traité de succession du roi assyrien Assarhaddon à son fils et oblige les seigneurs et gouverneurs à se soumettre à son autorité.

Enfin la campagne de 2011-2012 a permis des découvertes spectaculaires avec la découverte d’une sculpture monumentale de lion, de 1,5 mètres de haut sur autant de longueur. Une tête imposante de Suppiluliuma fut également découverte (NA : et bien relayé par les médias, notamment dans le NY Times )

Tayinat - Lion

Tayinat - Roi Suppiluliuma

En conclusion, s’il est clair que la chute de l’empire hittite a créé une instabilité dans la région, on ne peut pas ignorer par ailleurs des éléments de continuité politique et culturelle dans certains cas, comme le montre les fouilles de Tayinat. Une forme de contrôle semble ainsi avoir survécu. Le royaume de Palistin pourrait même avoir en partie éclipsé Alep, repositionnant désormais le centre d’influence de la région vers l’Est, à Tell Tayinat.

Pour en savoir plus

  • Le site du programme de recherche de l’Université de Toronto (en anglais) http://www.utoronto.ca/tap/
  • Quelques photos complémentaires ici : http://www.hittitemonuments.com/telltainat/

 

Un commentaire ?