Temple et culte à Alalakh, une capitale régionale de l’âge de bronze en Turquie


Madame Kutlu Alihan Yener a présenté lors de sa conférence à l’Auditorium du Louvre du 14 février 2014 plusieurs éléments démontrant la pratique de cultes et de rituels sur le site d’ Alalakh, ainsi que l’introduction de quelques nouveaux cultes lors des contacts avec les suzerains étrangers. Plusieurs associations explicites ont été faites entre le corpus d’objets découverts et les pratiques cultuelles, principalement pendant la période 1700-1500 av JC.

Historiquement, la cité d’ Alalakh a été, du 18ème siècle av. JC au 16 siècle av. JC, la capitale d’un des royaume vassal de l’actuel Alep, puis du Royaume de Mitanni du 15ème au 14ème siècles av. JC avant d’être finalement incorporé à l’empire Hittite. Alalakh est localisée, à l’époque, dans une courbe du delta de l’Oronte et n’est que l’un 300 sites découverts dans la vallée de l’Amuq ! Sa position est stratégique, au croisement de l’Anatolie, de la Syrie Mésopotamie, de l’Egypte, comme le montre la carte de la région, au 13ème siècle av. JC ci-dessous.

Moyen Orient 13e siècle

 

Alalakh avait été initialement fouillée par Leonard Wooley au milieu du siècle dernier. Celui-ci avait mis au jour une séquence de temples Ishtar ainsi que quelques sculptures et céramiques, comme ce roi Idrimi dans le temple 1B

Roi Idrimi

Roi Idrimi, British Museum

Wooley avait fait quelques extrapolations (à partir des découvertes sur les sites d’Ebla et d’Ougarit) sur les divinités auxquelles les cultes étaient rendues : Ishtar, Teshub, Hebat, …

En 2000, l’équipe de Madame Alihan Yener a pu ouvrir 45 nouveaux carrés à la fouille afin de prolonger ce travail.

Un bâtiment en abside a été mis au jour, situé à 15 mètres d’un des temples de Wooley. Il semble avoir servi longtemps puisque 7 sous phases de sol ont été explorées. Une céramique peinte syro cilicienne y a été découverte, ainsi que plusieurs sceaux cylindres. J’ai remarqué en particulier une figurine de femme avec des plumes en éventail au dessus de la tête qui fait penser à Hebat ou à la hittite déesse soleil Arinna.

Hebat en 43

Hebat, position 43

Déesse Arinna

Déesse Arinna

Le bâtiment a été ensuite recouvert, un puits y a été scellé. On y a découvert une offrande soit pour le nouveau bâtiment, soit pour la clôture de l’ancien, ce qui fait de ce puits un favissa. La continuité de la pratique sur près de 200 ans montre des relations bien articulées entre les dieux et ces espaces sacrés.

Des sépultures ont aussi été découvertes et fouillées, près de 170 en tout entre 2003 et 2012. Elles se caractérisent par des rituels d’inhumations, individuelles et collectives mais aussi de crémations. 4 personnes en particuliers ont été retrouvés dans la crypte du palais, dans des cercueils en bois, près desquelles se trouvaient des vases en albatre. Une autre tombe commune a mis en évidence un homme (de 2m !) et trois femmes avec des bijoux présentant de la cornaline, de l’or, de l’ivoire, de l’ambre, de la faience, …, ce qui laisse penser à une sépulture d’élites. A la cornaline d’Inde, on peut aussi ajouter de la céramique de Chypre et des poteries de style mycénien. Autant de marques de grands échanges matériels et spirituels avec l’intérieur du continent mais aussi avec l’exterieur maritime.

L’intégration de la cité dans le royaume hittite impacte sans doute fortement la pratique religieuse. Mais Alalakh sait malgré tout rester un centre indépendant de production, sans doute toujours en lien avec le royaume de Mitanni. Quelques traces de la présence hittite ont été mises en évidence : le sceau du gouverneur hittite Tudhaliya retrouvé dans le temple, des amphores à pointe, utilisée pour les libations, identiques à celles d’Hattusha, la hache-marteau à trois pointes. Tout celà montre que la cité a « absorbé » les éléments hittites sans renier par ailleurs son originalité, comme par exemple avec un sous style Nuzi mélangeant style local et style égéen.

Exemple de style Nuzi - Mitanni - upenn university

Exemple de style Nuzi – Mitanni – upenn university

La cité sera finalement abandonnée vers 1300 av JC mais le temple sera encore entretenu. Peut être les hittites avaient ils peur d’offenser la déesse Ishtar, déesse de l’amour mais aussi déesse guerrière et vengeresse 🙂

 

Un commentaire ?