Architecture domestique : Domus Italica 1


Plan domus italica

 

Après l’architecture publique, quelques mots sur l’architecture domestique romaine, la domus italica

Rome, dit la légende, fut fondé en 753 av. JC. Le village de Romulus a été retrouvé sur le mont Palatin. A cette époque (age du fer), la hutte d’habitation repose sur un plan rectangulaire rocheux, aux coins arrondis. Des trous y ont été pratiqués afin d’insérer des poteaux de bois, dont un pilier central.

Plan hutte romaine

Reconstitution village romain

Reconstitution au musée du Palatin, du village 

L’ urne funéraire étrusque ci dessous peut sans doute nous donner aussi une indication sur l’habitat domestique de l’époque.

Urne en forme de cabane romaine bis

Bien plus tard, à l’époque augustéenne (1er siècle avant JC) l’habitat romain va être théorisé par l’architecte Vitruve. Dans son « De Architectura », il codifie les caractéristiques de la maison romain idéale, la domus italica. Depuis la période républicaine, l’arrangement général de la maison se présenterait ainsi

Domus Italica

Celle ci se caractérise par

  • Une entrée, dans cet exemple sur le coté gauche, parfois précédée d’un vestibule,
  • de chaque coté de cette entrée des cellae, pièce qui peuvent être fermée sur l’extérieur du batiment, pour un usage interne, ou ouverte vers l’extérieur, dans le cas d’une boutique donnant sur la rue
  • Un atrium, le hall central, qui sert à l’audience. La maison romaine n’est pas pas un lieu de « retraite » mais un lieu d’accueil et d’affaires, Au centre de l’atrium, une piscine rectangulaire, l’impluvium, collecte l’eau via le plafond ouvert (le compluvium). Le toit est d’ailleurs incliné pour faciliter l’écoulement des eaux de pluie vers l’ouverture jusque dans le bassin
  • les cubiculae, les chambres, sur les cotés, ouvertes sur l’atrium. Sans fenêtre et avec très peu d’espace, donc dédiée seulement au repos,
  • les ailes, ou alae, où se pratique le culte des ancêtres. Les représentations figurent dans des défunts sont installées dans des niches
  • dans le même axe que l’atrium, le tablinum, qui est initialement la chambre du père de famille, le pater familias, pièce qui se transforme progressivement en lieu le passage vers le fond du bâtiment
  • sur les cotés la salle a manger ou triclinium 
  • au fond le jardin (hortus), ouvert et sans toit

On remarque l’axe principal et la symétrie de l’ensemble des pièces autour de cet axe. Par ailleurs c’est une structure très fermée, avec très peu d’ouvertures hormis la lumière verticale apportée par le toit ouvert au dessus du bassin et l’ouverture du fond vers le jardin.


La ville de Pompéi, avec ses maisons biens préservées, va nous fournir quelques illustrations du modèle « original ».

La « Maison du chirurgien »

Maison du chirurgien ter

Le plan est pratiquement identique au modèle présenté plus haut : deux cellae dont une qui est fermée, l’atrium qui fournit aussi l’axe central, les chambres sur les cotés, les ailes, la salle a manger, et un jardin au fond

 

 

Maison de Salluste

Maison de Salluste

Celle-ci a connu des arrangement mais on voit encore le plan initial (entrée au centre en bas). Dans cet exemple, le triclinium est ouvert sur le jardin pour offrir une belle vue aux convives. Mais surtout, plus remarquable une des pièces sur la rue (à gauche de l’entrée) a été ouverte. C’est une boutique de « restauration rapide » 🙂

La semaine prochaine, je vous montrerai  les variations et évolutions que cette « domus italica » a connu en quelques siècles dans son aménagement.

Un commentaire ?

Commentaire sur “Architecture domestique : Domus Italica