Portrait-Propagande-Poil, à partir d’ Auguste 2


Ou comment reconnaitre un empereur, à partir d’ Auguste, par sa coupe de cheveux …

Vespasien, une belle tête de (presque) chauve

Même si elle s’inspire de la sculpture grecque, la sculpture romaine a ses particularités comme l’invention du buste. Et le pouvoir s’est servi de cet art à des fins de propagande. Qui dit buste, dit portrait, qui dit portrait dit cheveux et qui dit cheveux dit …. mode, ressemblance voulue par rapport à des predecesseurs glorieux dont on se réclame.

Ayant visionné deux courtes vidéos du Musée Saint-Raymond de Toulouse, l’une sur la coiffure antique et l’autre sur les images du pouvoir (exposition qui se tient en ce moment), j’ai remis en forme mes propres petites notes sur le sujet, en liant les deux sujets. Car l’histoire de l’art des portraits officiels romains se rapproche souvent d’une dissertation sur le système pileux ….

Merci à Carole Madge pour ce repérage de sujets :-). Enfin, ne pouvant me rendre à cette expo toulousaine, je suis preneur ici de tout complément, commentaires, critiques, etc !

Auguste, celui qui lance la tradition

Un des portraits les plus célèbres d’ Auguste

Auguste est le premier des empereurs, chronologiquement parlant. Prenons le donc comme premier référent.

Après Auguste

Tibère

Tibère succède à Auguste. Il a le souhait d’affermir sa position, car il n’était que le second successeur. De fait ses portraits sont très proches de ceux d’Auguste. Le front est toujours large et il a de grands yeux. La seule différence est la représentation des cheveux qui n’ont qu’une seule pince.

Caligula

La dynastie est continuée par Caligula qui montre rapidement des signes de folie. Ses portraits sont rares car il sera frappé de damnation memoriae. Les mêmes codes sont respectés. Mais le nez est plus large et la bouche est pincée. Une barbe rase est évoquée, qui est peut-être une barbe de deuil à la suite de la mort de sa sœur.

Claude

Claude, son successeur arrive au pouvoir assez vieux, il est également bègue et boite (Malgré une tradition littéraire qui lui est peu favorable, il se révèlera être un très bon administrateur). Il reprend les codes. Mais ses oreilles sont décollées, des poches sont marquées sous les yeux. Les stigmates de l’âge sont davantage représentés que chez ses prédécesseurs.

Néron

Tout le monde connait Néron et sa folie. Il se réclame artiste (poète notamment), amoureux des arts, épris de culture grecque. Son visage est massif, encore alourdi par une barbe, qui montre peut être son attachement à la culture grecque et son Zeus barbu.

Vespasien

Vespasien prend le pouvoir. Ce sera la première fois que l’empereur sera d’origine plébéienne et non de la dynastie des Julio-claudiens.

Les représentations changent : ses yeux sont petits, les poches sont marquées, les lèvres sont minces, le front est ridé et la chevelure rase. Il signifie qu’il revient aux valeurs anciennes, il adopte une autre esthétique et marque le passage de dynastie. Mais parallèlement, il se fait également représenter avec des traits plus réguliers afin d’incarner la nouveauté et le changement.

Trajan

A partir de Trajan, les bustes seront parfois découpés sous les pectoraux. Sa coiffure est en longues mèches épaisses avec une petite fourchette. Il soigne son image par l’évocation des coiffures d’Auguste. Cette mode de représentation de coiffure se répand.

Hadrien

A partir d’Hadrien, les empereurs sont montrés barbus (marque de philhellénisme) et ont une pupille creusée.

Ce portrait vient de Crête. Il montre Hadrien en chef de guerre cuirassé, Gorgone sur la cuirasse, et dieux serpentiforme sur les attaches (sans doute une évocation de Zeus). Souplesse des chairs et chevelure sont typiquement grecque : il y a un fort contraste entre le traitement en fort relief de la chevelure et de la barbe et l’aspect lisse des carnations d’autre part.

Lucius Verus

Ce contraste est encore plus vrai pour le portrait de Lucius Verus son successeur.

Marc-Aurèle

Poursuite du style avec Marc-Aurèle, l’empereur philosophe.

Commode

Ressemblance frappante du visage avec celui de Marc Aurèle … Commode est connu du grand public par le film « Gladiator ». Le fils de Marc Aurèle n’était pas destiné à régner. Sans doute une des raisons pour laquelle il cherchera à assoir sa légitimité par exemple par ce type de portrait. Il se prend pour un dieu de son vivant, Hercule (peau de lion, massue, pommes d’Hesperides). C’est le summum de la propagande impériale. Le style du poli des carnations et le contraste des poils est porté à son maximum. L’artiste à voulu un jeu d’ombre et de lumière.

Septime sévère

Commode est assassiné. S’en suit une guerre civile. Septimus Sévère (Originaire de Libye, de la ville de Leptis Magna) s’empare finalement du pouvoir. Il fonde une nouvelle dynastie. Après ces temps troublés il veut montrer au romain que l’ordre est de retour. Ses portraits s’en ressentent; Il prétend ainsi être le fils adoptif de Marc-Aurèle.

Le portrait ressemble aussi à celui de Marc Aurèle. Cependant la zone des tempes est plus étroite, la barbe devient encore plus bifide, quatre mèches tirebouchonnées font référence aux statues de dieu Sérapis. C’est un « Portrait de type sérapis ».

 

Dieu Sérapis

Caracalla

Le portrait est de « type farnèse », la tête est vivement tournée vers le coté. Les cheveux et la barbe ont des boucles courtes, il a les sourcils froncés et la bouche pincée. Le type Farnese sera copié au 17ème et 18ème, c’est donc un jalon important dans l’histoire de l’art.

Alexandre Sévère

Avec Alexandre Sévère, le buste apporte une nouvelle tendance, notamment le traitement de la chevelure, rase, incisée, dite « chevelure a pena ». Par ailleurs le regard est tourné vers le coté, légèrement haut, presque rêveur. On parle alors d’« abstraction », ou l’on voit le souverain pensant, réfléchissant. Il est au dessus du commun des mortels. Le portrait est idéalisé mais on cherche aussi à l’incarner.

Alexandre sévère sera assassiné et s’ensuivra une période d’anarchie militaire, durant laquelle personne ne s’impose durablement. A cause de cette instabilité du pouvoir, les empereurs n’ont pas le temps de se lancer dans de grandes commandes, on a justement que des portrait et sarcophages. Les portraits montreront des visages d’hommes à la manœuvre, chefs de guerre, qui essaient de tenir le pouvoir. Quelques exemples ci dessous

Gordien III

Il apparaît en chef de guerre, avec son armure d’écaille, son écharpe de commandement. Le portrait fait une sorte de synthèse avec la chevelure a pena et un regard moins nébuleux.

Philippe l’arabe

Le visage est dur, c’est celui du chef guerrier. Une mode s’impose avec la toge a contabulacio, (un pli sans doute empesé à l’amidon).

Probus

Ses traits sont massifs, secs, la chevelure est rase, les lèvres pincées.

La Tétrarchie

La période de trouble s’achève en 284 avec Dioclétien. Après une période de Duumvira, il élabore un régime de tétrarchie  : le pouvoir revient a 4 souverains pour répondre à la problématique de la zone très vaste de l’empire.

Dans cet œuvre l’aspect presque schématique des mouvement montrent l’union. Associé à la résolution des visages, le message essentiel que l’on veut faire passer est bien le retour de l’ordre.

Constantin

C’est une statue acrolythe (dont les extrémités seulement sont en pierre ). La tête est carrée, comme pour les tétrarques, les yeux sont grands et tournés vers le haut, la coiffure est en petite mèches rabattues sur le front, comme pour Trajan. Deux petits trous permettaient de fixer un diadème en bronze.

Je vous laisse avec ce superbe ensemble du British Museum

Portraits romains - British Museum

Pour en savoir plus

Ce n’est pas une liste exhaustive de portraits ni d’empereurs. Pour allez plus loin je vous propose


Un commentaire ?

2 commentaires sur “Portrait-Propagande-Poil, à partir d’ Auguste